Bannir nos cotons jetables de la salle de bain

Par

C'est le 3ème consommateur d'eau d'irrigation de la planète après le riz et le blé. © Getty Images

Les cotons jetables, c’est pratique, mais pas très écologique. Parce que chaque geste personnel est important pour préserver la planète… Comment s’en passer ?

Un impact environnemental réel

La culture de coton conventionnelle est l’une des plus polluantes au monde. Le site spécialisé Planetoscope rappelle que “la culture du coton consomme 24 % des pesticides mondialement produits dont certains classés par l’OMS comme hautement dangereux ou extrêmement dangereux” et que son blanchiment exige l’utilisation de chlore ou d’azurants chimiques. Le coton bio, lui se cultive sans pesticides, mais reste gourmande en eau. En effet, c’est le 3ème consommateur d’eau d’irrigation de la planète après le riz et le blé. Selon les techniques utilisées, il faut entre 5260 (chiffre donné par le CNRS) et 19 000 litres d’eau pour produire 1 kg de coton. Et cela sans compter les tonnes de déchets de cotons jetables non recyclables puisque nous utiliserions en moyenne 4 à 6 cotons par jour, soit plus de 1000 cotons qui partent à la poubelle chaque année ! Et que ceux-ci sont encore souvent présentés dans des emballages plastique.

Préférer le nettoyage sans coton

Pour ce qui est du démaquillage, le meilleur moyen, c’est encore d’utiliser ses doigts, pour plus de douceur, comme le préconise Caroline Perdrix, directrice de la communication scientifique de Pierre Fabre Dermocosmétique :

-le geste est plus précis et permet de bien masser et désincruster maquillage et poussières,

-on ne gâche pas de produit « absorbé » par le coton

-on économise coton et eau…

Huiles, mousses, gelées, baumes et même laits démaquillants peuvent être utilisés avec les mains.

Cependant nécessaire pour certaines formules

Pourtant, pour certains gestes de beauté et même du quotidien de la famille, impossible de faire autrement qu’utiliser un coton ou en tous cas un support car les textures sont très liquides : appliquer de la lotion sur le visage, se démaquiller à l’eau micellaire, ôter son vernis à ongle, nettoyer la peau de son bébé ou passer du désinfectant sur une coupure…

L’alternative : le « coton » lavable

Les disques ou carrés lavables sont une alternative particulièrement intéressante. Ces morceaux de tissus ne se jettent pas. Leur principal atout écologique est leur longévité : ils peuvent être utilisés entre 300 et 500 fois s’il sont bien entretenus.

Ces disques lavables existent en différentes matières : l’eucalyptus – transformé avec un solvant recyclable – a l’avantage d’être doux et souple et de ne pas bouger dans le temps ; le bambou est épais et confortable mais très absorbant (à éviter pour l’eau micellaire ou les eaux florales) ; et le coton bio convient aux parties sensibles du visage et s’adapte bien aux produits fluides. On en trouve évidemment dans les magasins bio et sur les sites beauté et alimentation bio, mais de plus en plus dans les grandes enseignes.

TAGS: Astuces beauté, Beauté responsable, Démaquillage

Nos experts dans votre poche ! Une fois par mois, la rédaction vous envoie sa sélection de conseil santé et beauté.
Pour la retrouver inscrivez vous ici:

Votre inscription à la liste a bien été enregistrée.