Pourquoi éternue-t-on ?

Par

Pollens, poussières, poils d'animaux sont des substances naturellement irritantes.
Pollens, poussières, poils d'animaux sont des substances naturellement irritantes. © Syda Productions

Le bout du nez commence à picoter, les yeux se plissent, et c’est l’explosion. Une fois, deux fois, trois fois… À vos souhaits ! L’éternuement survient n’importe quand, et pas toujours dans les meilleures circonstances. Pourtant, ce phénomène est avant tout un réflexe de protection.

Éternuer est un événement ordinaire. Il consiste en une brusque expiration d’air par le nez et par la bouche, le plus souvent totalement imprévisible et incontrôlée. C’est pourtant un mécanisme bien précis qui débute au niveau des narines.

Les narines sont couvertes de terminaisons nerveuses très sensibles

L’éternuement se produit quand le nez est confronté à un élément irritant. Les narines servent à filtrer l’air. Elles sont tapissées de poils et de mucus qui retiennent les indésirables inhalés. De plus, les narines sont couvertes de terminaisons nerveuses très sensibles qui vont capter la présence de l’intrus. Lorsqu’elles sont stimulées, le système de défense de l’organisme se met en marche. Le cerveau va alors ordonner l’expulsion immédiate afin de procéder au nettoyage du nez !

Pollens, poussières, poils d’animaux sont des substances naturellement irritantes, tout comme le poivre qui excite les nerfs sensoriels. Les allergènes envoient un signal d’alerte à l’organisme qui se défend en éternuant.

Mieux vaut ne pas se retenir d’éternuer

Il est très difficile de contrôler un éternuement. De nombreux muscles du haut du corps sont impliqués dans ce geste et, lorsqu’ils se contractent, l’air peut être expulsé à plus de 200 km/h. Il est donc préférable de ne pas se retenir. De toute façon, c’est presque impossible.

Se pincer le nez pour l’éviter n’est pas non plus une bonne idée : la pression peut alors endommager l’oreille interne. Même constat lorsqu’on ferme la bouche, le flux dirigé uniquement vers les narines risque de léser les muqueuses et de provoquer des saignements.

De plus, d’après des chercheurs de l’université de Pennsylvanie (États-Unis), cette expiration explosive a une autre fonction : elle permettrait de redynamiser le système de circulation du mucus. Mieux vaut donc laisser l’éternuement se dérouler, tout en mettant la main devant sa bouche pour éviter de contaminer son entourage.

TAGS: Maladies

Nos experts dans votre poche ! Une fois par mois, la rédaction vous envoie sa sélection de conseil santé et beauté.
Pour la retrouver inscrivez vous ici:

Votre inscription à la liste a bien été enregistrée.