Que faire contre les allergies saisonnières ?

Par

Après un bilan allergologique, il est également possible de procéder à une désensibilisation.
Après un bilan allergologique, il est également possible de procéder à une désensibilisation. © Shutterstock

La gorge pique, les yeux pleurent, le nez coule : c’est le grand retour des allergies. Plus de 20 % de la population française est concernée et les symptômes ne sont pas à négliger. Certains réflexes peuvent aider à traverser sereinement cette période.

Souvent appelée « rhume des foins », la rhinite allergique tire son nom… du début du 19ème siècle. À l’époque, les médecins observaient cette affection essentiellement chez les paysans, après la période des foins. Si, aujourd’hui, l’arrivée du printemps évoque pour beaucoup la douceur et les beaux jours, malheureusement pour d’autres, cette période est une véritable source de désagréments jusqu’au mois d’août.

L’allergie, une réaction excessive de l’organisme

L’allergie est une réaction anormale, inadaptée et excessive de l’organisme lors d’un contact avec une substance étrangère (allergène).
Pollens, moisissures, poils ou autres particules allergènes tels les acariens : le corps les identifie comme des intrus. Lorsque la personne est au contact de cette substance, le système immunitaire met en action une réaction inflammatoire : les vaisseaux sanguins se dilatent, les sécrétions augmentent. Les symptômes s’expriment, alors, sous forme de rhinites, de conjonctivites, parfois accompagnées de crises d’asthme.

Au début du printemps, les pollens sont souvent en cause. Cette rhinite est alors dite « saisonnière ». Elle revient tous les ans à la même période, avec quelques variations en fonction de la météo et des régions. Le pic pollinique s’étale de début mai à fin août même si, cette année, il s’est manifesté dès la mi-avril. Dans la première partie, il est plutôt le fait des graminées, tandis qu’à partir du mois de juillet, ce sont les herbacées qui sont incriminées. Les signes caractéristiques restent les mêmes : des yeux larmoyants et irrités, le nez bouché ou qui coule, une furieuse envie de se gratter le nez et d’éternuer.

Comment réduire efficacement mes allergies ?

Pour éviter la gêne durant la période concernée, quelques précautions peuvent apporter beaucoup de confort :

  • Privilégiez de préférence le matin et la nuit pour l’aération des pièces.
  • Passez l’aspirateur fréquemment.
  • Changez de vêtements en arrivant à la maison.
  • Lavez-vous les cheveux le soir pour que les pollens ne se déposent pas sur l’oreiller.
  • Renseignez-vous sur les conditions météorologiques: la quantité de pollens dans l’air augmente les jours de vent et en particulier avant les orages.

Sachez, par ailleurs, que le pic de pollinisation se situe entre 11h et 16h et que les personnes allergiques souffrent moins lorsqu’il pleut car les particules sont rabattues vers le sol. Vous l’avez compris, il vaut mieux privilégier les promenades d’après-pluie.
Dans tous les cas, les symptômes ne doivent pas être négligés, car une rhinite légère peut s’aggraver. De nombreux traitements existent, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel de santé, médecin ou pharmacien. Après un bilan allergologique, et si cela se révèle nécessaire, il est également possible de procéder à une désensibilisation.

TAGS: Maladies

Nos experts dans votre poche ! Une fois par mois, la rédaction vous envoie sa sélection de conseil santé et beauté.
Pour la retrouver inscrivez vous ici:

Votre inscription à la liste a bien été enregistrée.