Les légumes cultivés en ville sont-ils aussi bons pour la santé que les autres ?

Par

Par mesure de précaution, certaines personnes doivent éviter la consommation de légumes urbains. © Getty Images

L’agriculture urbaine se développe depuis plusieurs années, notamment dans les pays du Sud. En France, elle prend également de plus en plus d’ampleur. Les produits issus de cette production sont-ils sains ? Éléments de réponse avec Stéphane Firmin, enseignant-chercheur Toxicologue à Unilasalle.

 L’agriculture urbaine et péri-urbaine est pratiquée dans une agglomération par des agriculteurs et des habitants. Elle peut prendre différentes formes : de micro-fermes urbaines fonctionnant le plus souvent sur un mode associatif, des fermes intra-urbaines, sur les toits notamment et des jardins collectifs mis à disposition par les collectivités pour que les habitants puissent jardiner et échanger leur production

Les cultures urbaines, soumises à une pollution souvent supérieure à celles des cultures traditionnelles,  ont-elles des conséquences sanitaires ?

« Il est difficile de répondre de façon formelle, puisqu’il y a des incertitudes », estime Stéphane Firmin. Le problème est complexe, et la question se pose de la même façon pour l’agriculture traditionnelle ou biologique. En effet, les cultures traditionnelles ou biologiques peuvent se faire à proximité d’une usine ou d’un sol pollué et les produits contenir des contaminants, dont des polluants émergents ».

Le taux de polluants contaminants peut-il être plus élevé ?

« Comme pour tout type d’aliment, le lieu de la production (villes plus ou moins industrialisées, plus ou moins impactées par le trafic urbain), et la pratique agricole urbaine peuvent entraîner la présence de polluants contaminants en plus grande quantité », informe  Stéphane Firmin. Une étude menée par le Département Ecologique de l’Université technique de Berlin, en collaboration avec le Potager botanique de l’Université nationale de Khmelnitsky en Ukraine a conclu que les produits de l’agriculture urbaine analysés contenaient le double de métaux par rapport à ceux vendus dans les supermarchés. Les légumes les plus contaminés étaient ceux cultivés à proximité de zones à très fort trafic automobile. Mais d’autre études sont plus rassurantes. »

La présence de taux de polluants supérieurs est-elle dangereuse ?

« Nous ne savons pas à ce jour si cela a un impact sur la santé à long terme », répond Stéphane Firmin. Aucune étude à date ne suggère qu’il y a un risque pour la santé du consommateur. Et la question se pose de la même façon pour les produits issus de l’agriculture conventionnelle ou biologique », rappelle-t-il.

Toutes les personnes peuvent-elles consommer des légumes urbains ?

 « Par mesure de précaution, mieux vaut éviter les produits issus de l’agriculture urbaine pour les femmes enceintes, les enfants et les végétariens (car ils consomment plus de végétaux et peuvent donc absorber un peu grand nombre de contaminants) », estime l’expert. Et pour les autres consommateurs, il est recommandé de diversifier son alimentation – ne pas acheter des produits issus des mêmes producteurs, des mêmes parcelles, mais de varier ses achats. Ces recommandations émises par l’Agence Nationale de la Sécurité (ANSES) sont également valables pour les autres types d’agriculture.»

 

TAGS: Agriculture urbaine, Légumes urbains, Polluanst agriculture urbaine, Polluants agriculture ville

Nos experts dans votre poche ! Une fois par mois, la rédaction vous envoie sa sélection de conseil santé et beauté.
Pour la retrouver inscrivez vous ici:

Votre inscription à la liste a bien été enregistrée.