Moral, santé, beauté : les nombreux bénéfices de la lumière

Par

C’est la lumière du jour qui permet la resynchronisation de notre horloge biologique. © Getty Images

Presque toutes les fonctions de l’organisme sont soumises au rythme circadien, autrement dit un cycle de 24h. C’est la lumière du jour qui permet la resynchronisation de notre horloge biologique. Autant dire que quand cette dernière est déréglée, les conséquences s’en font sentir…

La lumière règle l’organisme au quotidien…

Elle pénètre dans l’organisme via les cellules de l’œil, lesquelles sont reliées au cerveau et envoient l’information « jour » ou « nuit » à notre horloge biologique interne. C’est dans une petite zone cérébrale, située près de l’hypothalamus, que tout se passe. Notre horloge biologique, calée sur un cycle de 24 heures, donne le tempo au corps en lui envoyant différents signaux. Le jour, on sécrète des hormones impliquées dans l’activité physique et cérébrale. La nuit, on active la mélatonine qui favorise le sommeil

Nécessaire à la vision, la lumière est également indispensable à la synthèse de la vitamine D. Cette dernière renforce la solidité des os, et contribue à diminuer les risques de certains cancers et d’accidents cardiovasculaires. Parmi ses autres vertus  : elle augmente la vigilance au sens où on se concentre plus facilement dans une pièce lumineuse qu’éclairée faiblement. Enfin, elle donne de l’énergie. Le simple fait de voir la lumière du jour active la sécrétion de cortisol, une hormone indispensable à la forme.

… d’où une dépression saisonnière quand elle n’est pas au rendez-vous

A certains moments de l’année, pendant les périodes hivernales, la lumière est moins présente. C’est notamment le cas dans les pays nordiques où elle disparaît presque complètement pendant des mois entiers. Chez certaines personnes, ce phénomène entraîne une diminution de la production de sérotonine, l’hormone du plaisir et du bien-être. Or, celle-ci est une sorte de messager chimique du cerveau qui régule l’humeur.

Le mécanisme de la dépression s’enclenche alors : tristesse, irritabilité, fatigue intense, variation de poids, idées noires… Les troubles sont divers et variés, mais ne sont pas toujours pris au sérieux. Ils sont pourtant très invalidants. En effet, il n’est pas rare d’observer chez ces sujets des accès de boulimie avec une forte attirance pour le sucre ainsi que des troubles du sommeil.

Comment compenser le manque de luminosité ?

Pour faire face à ces périodes plus difficiles, il est recommandé de se promener dès que possible à l’extérieur. Même un ciel couvert offre de la luminosité et s’avère bénéfique pour le moral. Si la lumière artificielle ne remplace pas la lumière du jour, l’utilisation de lampes spécifiques peut toutefois favoriser la resynchronisation des rythmes de l’organisme grâce à la lumière blanche qui se réfléchit sur les murs. On peut aussi privilégier une cure de photothérapie. Cela consiste à s’exposer à la lumière de lampes de haute intensité en restant à proximité pendant une période recommandée, en général environ une heure par jour. Ces lampes diffusent une lumière blanche d’au moins 2500 lux (idéalement 10 000 lux) à 30–40 centimètres des yeux du patient et ne doivent pas contenir d’ultraviolets ni d’infrarouges (pour éviter les risques cutanés et rétiniens). Les lumières utilisées sont fluorescentes ou à LED.

Aussi, le sujet ne doit pas fixer la lampe des yeux mais rester à proximité, généralement devant elle. La photothérapie est par ailleurs déconseillée aux patients présentant une pathologie oculaire évolutive et désonseillée aux patients traités par des médicaments photosensibles (1). Ces derniers doivent consulter leur ophtalmologue avant de mettre en place un protocole de photothérapie. Enfin, des compléments alimentaires ou des huiles essentielles, peuvent contribuer à redonner un coup de fouet salvateur !

(1) Le traitement par la lumière des troubles circadiens du rythme veille-sommeil, Damien et le Groupe consensus chronobiologie et sommeil de la Société française de recherche et médecine du sommeil (SFRMS), Presse Med. 2018; 47: 1003–1009

 

TAGS: Bien dormir, Santé naturelle

Nos experts dans votre poche ! Une fois par mois, la rédaction vous envoie sa sélection de conseil santé et beauté.
Pour la retrouver inscrivez vous ici:

Votre inscription à la liste a bien été enregistrée.