Peaux sèches pathologiques : comment améliorer son quotidien ?

Par

Il est préférable d’utiliser des émollients ayant en complément des actifs qui ont un impact sur la démangeaison elle-même. © Getty Images

La peau sèche pathologique est source d’inconfort, voire de vraie gêne. Il est possible de mieux vivre cette maladie cutanée en suivant quelques uns de nos conseils.

Une peau sèche pathologique (ou xérose) manque d’hydratation et de lipides. De plus, celle-ci perd de sa douceur, de son élasticité, et peut même présenter des zones franchement rugueuses, très sèches, lesquelles provoquent une sensation de tiraillement et de démangeaison. Il convient cependant de distinguer une peau sèche, sans rapport avec une maladie -nous pouvons en effet tous présenter cela ponctuellement, en hiver notamment, ou en cas d’utilisation de produits abrasifs- d’une sécheresse liée à une pathologie de la peau.

10% des adultes ayant une dermatite atopique en présentaient déjà étant enfants

La dermatite atopique est une maladie chronique de la peau très fréquente, causée par une anomalie génétique de la barrière cutanée. Celle-ci évolue par crises et se caractérise par un aspect cutané sec et poreux avec, notamment lors des poussées, l’apparition de plaques rouges sèches ou suintantes voire de gonflements, accompagnés par d’intenses démangeaisons. Elle touche le plus souvent des enfants néanmoins 10% des adultes continuent d’en souffrir.

Autre xérose pathologique : l’eczéma chronique des mains. Il survient aussi par poussées qui se manifestent par des plaques rouges. Lors des phases d’accalmie, la peau est sèche.

Par ailleurs, près de deux millions de Français sont quant à eux touchés par le psoriasis, maladie inflammatoire chronique qui se traduit par des plaques rouges et épaisses recouvertes de squames blanches, souvent accompagnées de démangeaisons.

Poussées nocturnes, stress, démangeaisons… un réel impact au quotidien

En complément des traitements médicamenteux, dans le cadre d’une prise en charge globale, des soins cosmétiques émollients et des techniques anti-grattages peuvent être recommandés par les dermatologues.

Les émollients dont l’objectif est de corriger la sécheresse cutanée, de maintenir et/ou restaurer la fonction barrière de l’épiderme. Ceux-ci peuvent être utilisés en complément des traitements médicamenteux. En effet, ils sont essentiels car lorsque la fonction barrière de la peau est améliorée, les démangeaisons s’atténuent. « Apporter du gras permet de redonner une texture souple et homogène à la peau ; lorsque celle-ci est restructurée elle peut retenir l’eau », précise Didier Guerrero, dermatologue conseil des Laboratoires Dermatologiques Avène. Selon lui, il est préférable d’utiliser des émollients ayant en complément des actifs qui ont un impact sur la démangeaison elle-même.

Quelques bonnes consignes à suivre :

  • appliquer son soin émollient sur peau humide après la douche facilite le maintien de cette humidité au niveau des couches superficielles de la peau, l’absorption et surtout la rétention, dans l’épiderme, de l’eau qui a pu pénétrer durant la toilette

 

  • si vous présentez des démangeaisons nocturnes liées à la sécheresse cutanée, vous pouvez appliquer un émollient avant de vous coucher, voire en appliquer de nouveau au cours de la nuit

 

  • il faut savoir que le froid permet de calmer rapidement les démangeaisons liés à la sécheresse cutanée. Vous pouvez donc utiliser une cuillère, un spray d’eau thermale, -laissé au réfrigérateur au préalable-, ou encore un sac de glace entouré de tissu en coton afin de soulager les sensations de grattage

 

  • il est conseillé de diminuer l’activité sportive en période de poussées. La transpiration peut en effet provoquer des démangeaisons. Les sports aux efforts intensifs sont donc à éviter. Cependant, pour certaines personnes dont l’activité sportive possède une vertu anti-stress, il est recommandé de la préserver, tout en s’hydratant méticuleusement

 

  • qui dit air sec dit peau sèche. Une humidité de 50-60% est recommandée dans toutes les pièces de votre domicile. Un hygromètre peut vous renseigner sur le degré d’humidité de vos pièces. Pour humidifier votre intérieur vous pouvez tout à fait installer un humidificateur d’air ou faire sécher le linge dans la chambre à coucher

 

  • ne vous couvrez pas démesurément afin d’éviter de transpirer

 

  • les techniques de relaxation et anti-stress ont, quant à elles, toute leur place pour vous aider à mieux vivre avec votre peau sèche à très sèche, le stress jouant un rôle majeur dans les phases de poussées sur les peaux à tendance atopique ou psoriasique.

Anne-Sophie Glover-Bondeau

 

TAGS: Dermo-Cosmétique

Nos experts dans votre poche ! Une fois par mois, la rédaction vous envoie sa sélection de conseil santé et beauté.
Pour la retrouver inscrivez vous ici:

Votre inscription à la liste a bien été enregistrée.