Mon pharmacien peut-il remplacer mon médicament par un autre ?

Par

Seuls certains médicaments à base de plantes peuvent être substitués. © Getty Images

Votre médecin vous a prescrit un médicament à base de plantes ? Sachez que contrairement aux ordonnances traditionnelles, seuls certains d’entre eux peuvent être substitués.  Explications en 4 points.

La substitution dans le cas d’un générique

Un médicament peut être remplacé par son générique par votre pharmacien. C’est ce qu’on appelle la substitution. Pour cela, celui-ci se base sur le Répertoire des médicaments génériques publié par l’Agence Nationale de sécurité du Médicament (ANSM). Ces derniers sont tout aussi efficaces que les médicaments originaux. Des essais cliniques prouvent par ailleurs qu’ils sont équivalents aux mêmes doses. S’agissant des médicaments à base de plantes, la situation est en revanche différente.

Les médicaments à base de plantes, un cas spécifique

Les médicaments à base de plantes sont constitués d’un principe actif, -appelé substance active- d’origine végétale. Pour une même plante, chaque procédé d’extraction donne une qualité d’extrait différente. Et puisqu’il s’agit de médicaments, ils font l’objet d’une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM), laquelle est délivrée par les autorités compétentes européennes ou nationales après examen d’un dossier. Par ailleurs, l’AMM est accordée uniquement lorsque le fabricant démontre dans le dossier l’efficacité, la qualité et la sécurité d’emploi du médicament.

D’où la création d’un répertoire certifié

L’Agence Nationale de sécurité du Médicament (ANSM) a développé un répertoire des groupes génériques pour certains médicaments à base de plantes. A ce jour, seules sept plantes sont concernées : le Ginkgo, l’Ispaghul, le Lierre grimpant, le Millepertuis, le Séné,  la Vigne rouge et le Pamier de Floride (Extrait hexanique). Pour ces sept plantes (dans ce cas de figure), la substitution est possible par les seuls médicaments inscrits dans le  répertoire (un même groupe) car la composition quantitative et qualitative de leurs substances actives y est certifiée comparable (identique et a été vérifiée).

Pour une substitution encadrée

En dehors de ces groupes génériques, le pharmacien n’est pas autorisé à modifier la prescription faite. Et l’inscription à au répertoire ne permet pas forcément la substitution.  Prenons l’exemple des médicaments à base d’extraits de Serenoa repens issus du palmier de Floride. Plusieurs médicaments à base de palmier de Floride sont aujourd’hui commercialisés en France. Ceux-ci contiennent tous la même substance active -extrait de Serenoa repens– mais celle-ci présente néanmoins des caractéristiques qualitatives différentes, en fonction du procédé d’extraction. La substitution n’est donc pas  envisageable pour les médicaments à base de Palmier de Floride, extrait hexanique car il n’existe pas de génériques répondant à la définition du groupe générique.

En conclusion, si votre médecin vous prescrit un médicament à base de plantes, qui n’appartient à aucune des sept plantes faisant partie du répertoire, votre pharmacien se doit de respecter l’ordonnance et ne peut vous délivrer que le médicament inscrit sur celle-ci.

Anne-Sophie Glover-Bondeau

 

TAGS: Génériques, Médicaments à Base de Plantes, Substitution Médicaments

Nos experts dans votre poche ! Une fois par mois, la rédaction vous envoie sa sélection de conseil santé et beauté.
Pour la retrouver inscrivez vous ici:

Votre inscription à la liste a bien été enregistrée.